Vignette

Le centenaire de l'Aéronavale Française

Hyères juin 2010

Affiche meeting

Lorsque Louis Blériot traverse la manche le 25 juillet 1909, il est soutenu par la Marine Nationale.
Dès 1910, des officiers de la Marine sont formés au pilotage chez les constructeurs d'avions.
Le 28 mars 1910, Henri Fabre réalise le premier vol mondial d'un hydro aéroplane; il décolle de l'étang de Berre à Martigues sur le "Canard".
Le 14 novembre 1910, l'américain Eugène Ely effectue le premier décollage à partir d'une plate-forme montée sur un navire de guerre.
En décembre 1910, la Marine Nationale fait l'acquisition d'un biplan Maurice Farman.
Dès 1911, un ancien croiseur contre-torpilleur 'la Foudre' est aménagée en porte-hydravions mais il ne sert essentiellement qu'au transport; les hydravions sont déposés sur le plan d'eau et récupérés à la fin du vol.
Un essai de décollage d'un avion "à roues" à lieu le 8 mais 1914 mais il faut attendre 1920 avant de voir un appontage.
En 1927, le premier porte-avions français le "Béarn" est mis en service.

Pour fêter cet anniversaire exceptionnel, la Marine Nationale a mis les petits plats dans les grands en cette année de jubilé.
Des activités officielles un peu partout en France mais surtout un grand meeting international sur la base aéronavale (BAN) d'Hyères Le Palyvestre, département du Var dans le sud de la France.
Outre la présence de nombreux aéronefs français anciens et actuels, des avions étrangers sont aussi invités.
Mais la principale attraction est la présence annoncée de 5 porte-avions/porte-aéronefs dans la baie de Hyères : Le Charles de Gaule bien sûr mais aussi un porte-avions américain et des porte-aéronefs britannique, italien et espagnol.
Si les italiens n'ont pas pu finalement être présents et les britanniques représentés par le RFA Argus, les autres seront bien dans la baie. A la vue de ce programme plus qu'alléchant, j'ai planifié une descente dans le sud ;-)

Parti de Bruxelles le samedi 5 juin à l'aube, j'ai rejoint Salon de Provence pour une étape de 3 jours qui m'a permis d'assister au meeting national de l'air de la BA125 de Istres. J'ai pu aussi visiter la région et ramener quelques photos de l'école de l'air (avec la PAF) et d'un Fouga installé sur un rond-point de Salon.


J'ai ensuite rejoint mon logement sur la presqu'île de Giens juste à côté de la BAN d'Hyères.
Mon trajet me faisait passer par Marignane où j'ai pu voir quelques Canadair et un petit arrêt à Saint-Victoret m'a permis de photographier un CL-215 et une alouette III exposés en plein air. Un musée consacré aux pompiers est aussi situé à Saint-Victoret; malheureusement pour moi, il n'est ouvert que jusqu'à midi; 10 minutes trop tôt ;-(


Continuant ma route, je suis arrivé à Marseille; j'ai eu du mal à en croire mes yeux lorsque j'ai aperçu, au détour d'un virage, le pont plat d'un porte-avions que j'ai d'abord pris pour le Charles de Gaule mais que j'ai rapidement identifié comme étant l'USS Harry Truman. Le temps de trouver un endroit pour me garer et j'ai pu prendre quelques photos. Le CVN-75 est un porte-avions de la classe Nimitz; lancé le 13 septembre 1996, il était initialement prévu de le nommer USS United States mais ce sera finalement le nom du 33eme président des Etats-Unis qui sera choisi. Il est long de 333 mètres, haut de 76,8 pour un déplacement de 97000 tonnes. Ses 5600 membres d'équipage (porte-avions et groupe aérien) naviguent sur toutes les mers du globe à la vitesse maximale de 30 nœuds (+- 56 km/h). Il est le centre du groupe aéronaval 10 (Carrier Strike Group – CSG) et embarque le Carrier Air Wing 3 (CVW-3).

Le lendemain, une ballade à Toulon me réserve aussi quelques surprises. Dans le port militaire se trouvent le porte-aéronef espagnol 'Principe de Asturias' avec quelques 'Matadors', le porte-hélicoptère britannique RFA Argus , le croiseur américain USS Normandy et la frégate allemande Hessen. Pas de Charles de Gaule à l'horizon, il est en mer pour une présentation au Président de la République Nicolas Sarkozy. Porte-aéronefs espagnol lancé en 1986, le Principe de Asturias est long de 196 mètres et haut de 24,9 mètres ; il déplace ses 17200 tonnes et son équipage de 760 personnes à la vitesse de 27 nœuds. Il emporte douze AV-8B Harrier nommés ‘Matadors' en Espagne et une douzaine d'hélicoptères Sea King et AB-212. Il devrait être remplacé dans le courant 2011 par le ‘Juan Carlos I' qui est beaucoup plus grand et permettra d'accueillir des F-35B en remplacement des Matadors.
Construit initialement comme porte-conteneur en 1981, l'Argus a été réquisitionné en 1982 pour la guerre des Malouines. Modifié en porte-aéronefs en 1988, il a rejoint la Royal Fleet Auxiliary (RFA). De par son origine, il dispose d'une large superstructure à l'avant et d'un pont d'envol à l'arrière; une superstructure secondaire, comportant les cheminées, au 2/3 du pont d'envol à tribord complète sa silhouette.
De classe Ticonderoga, le CG-60 USS Normandy est un croiseur lance-missiles multifonctions. Lancé en 1988, il a participé à de nombreuses opérations de par le monde.

Un peu de tourisme dans la région et me voilà rapidement le samedi 12 juin. Circulant au hasard aux alentours de la BAN de Hyères, je me suis trouvé un magnifique emplacement en bord de piste. De là, j'ai pu assister aux arrivées et aux entrainements en compagnie de quelques spotters français et néerlandais. J'étais donc aux premières loges pour voir la réplique du FW-190 perdre lentement de l'altitude et disparaître derrière les arbres. Nous apprendrons rapidement que suite à un ennui moteur, l'appareil à du se poser délicatement sur la mer à quelques mètres du rivage, le pilote attendant les secours tranquillement sur l'aile de son avion (l'avion sera sorti de l'eau la semaine suivante et sera  probablement remis en état de vol). Le pilote est rapidement secouru par le Dauphin d'alerte et ramené sur la BAN.
Le reste des arrivées et des entrainements se passe heureusement beaucoup mieux et j'en profite pour faire de (trop) nombreuses photos des Harrier, Super Etendard, appareils de l'US Navy et autre Morane Paris qui défilent devant mon objectif.

  En rejoignant mon logement le soir, je suis passé par la baie où j'ai déjà pu voir le Charles de Gaule, le Principe de Asturias ainsi que quelques autres navires à l'exception du Truman prévu pour arriver dans la nuit.


Enfin le jour du meeting arrive.
Une foule nombreuse se presse à l'entrée sud de la BAN. Après une inspection de sécurité, me voici à pied d'œuvre. C'est l'aéronavale américaine qui à droit à mes premières photos; les F/-A-18E et F des VFA-32 et 105 dont le ‘200', avion du CO de la VFA-105. Viennent ensuite les appareils de l'Aéro française tant actuels qu'anciens qui sont prévus pour voler.


 
Le statique continue avec quelques avions étrangers parmi lesquels les Harriers italiens et britanniques mais a ussi un Grumman E-2C Hawkeye de la VAW-126 et un C-2 Greyhound de la VRC-40 avant de retrouver les fleurons français que sont les Rafale et Super Etendard. Parmi ceux-ci, le Super Etendard numéro 23 porte une superbe décoration avec d'un côté le premier porte-avion français : le Béarn et de l'autre le dernier en date : le Charles De Gaule. Le Rafale numéro 28 arbore une déco beaucoup plus simple consistant en un discret maquage sur ses bidons.
 Les flotilles d'hélicoptères ne sont pas en reste côté déco comme en témoignent ce Lynx de la 31F et ce dauphin.

Les démos aériennes sont à la hauteur de l'évènement avec une superbe prestation de la formation américaine de 4 F/A-18; Ces pilotes savent ce qu'est une formation serrée! L'aéronavale française se présente en formation elle aussi; constituée d'un Hawkeye suivi de 4 Super Etendard encadrés de 2 Rafale. La formation se sépare et chaque type se présente individuellement en effectuant quelques passes musclées pour certains et même un ravitaillement en vol pour 2 Super Etendard.

Nous avons droit ensuite à la présentation du Rafale de l'armée de l'air, seul autorisé à effectuer une démo (les Rafale Marine se sont contentés de faire quelques passes;-) et à la participation surprise d'un Airbus A380.


L'armée de l'air a tenu à saluer les marins de l'air avec une belle présentation des Alpha-Jet de la Patrouille de France.
Durant tout le meeting, un artiste déambule sur le static en peignant sur sa toile quelques aéronefs présents.

Opérationalité oblige, les appareils américains ont quitté la BAN avant la fin de la journée; ils devaient rejoindre le USS Harry Truman qui avait levé l'ancre en début d'après-midi pour rejoindre l'océan indien.

Pas mal d'autres appareils français s'en sont aussi allés le dimanche soir, ce qui m'a permis de battre mon record de photo tardive ; il était 21h08 lorsque le dernier Super Etendard à décollé en direction de sa base de Landivisiau en Bretagne.



Les autres engins sont repartis le lundi, j'ai donc pu encore faire quelques photos.


En plus des souvenirs générés par ce meeting, la journée du mardi 15 juin restera aussi marquée dans mon esprit. Mais c'est en raison de l'inactivité forcée causée par les pluies dilluviennes qui ont arrosé le Var et causé dégats et victimes.

J'avoue avoir un peu douté cette journée là de la possibilité pour moi de remonter vers la Belgique le lendemain. Heureusement, tout s'est calmé en soirée et la route était juste praticable le mercredi. Ce reportage est donc dédié aux familles des victimes de ces inondations et à ceux qui en ont subi les dégats.

 Un léger détour par Toulon m'a encore permis de voir le charles De Gaule et de le photographier sous pas mal de coutures.

C'était donc pour moi un excellent voyage et j'ai le projet de remettre cela en 2011 avec le centenaire de l'aéronavale américaine mais ceci est une autre histoire.
Michel Pourbaix - Décembre 2010

PS : Vous voulez voir encore plus de photos de cet evènement ? Allez sur ma gallerie Picasaweb en cliquant ici (s'ouvre dans un nouvel onglet/fenêtre).