Vous êtes ici : Reportages - 2017 - MAB 


Michel van Reysen - Octobre 2017



L’année de tous les records

 Au fil des éditions, le Mondial Air Ballon (anciennement le Lorraine Mondial Air Ballon) est devenu l’évènement le plus important au monde en ce qui concerne les plus légers que l’air, dépassant même le mythique meeting d’Albuquerque aux Etats-Unis.
Cet évènement se tient tous les deux ans sur la base de Chambley en Lorraine.
Une année de records et pas seulement celui du plus grand nombre de ballons (456) alignés sur une grande ligne, le précédent aussi détenu par le MAB datait de 2015 avec 433 ballons.
Des chiffres à faire tourner la tête : 360.000 spectateurs, 12.000 mouvements (décollages et atterrissages dont 2.000 avec des aéronefs), 1.335 pilotes, 1.072 montgolfières, 38 nations, 400 accréditations presse, 3.000 baptêmes de l’air.

Tout cela géré de main de maître par une équipe de 160 personnes dont une trentaine de jeunes provenant des lycées du Grand Est sous la coordination de Philippe Buron-Pilâtre.

   

Prévu à l’origine le mardi, il aura fallu attendre le vendredi (28 juillet) pour réaliser ce record, la faute à une météo quelque fois capricieuse (8 vols sur 19 ont dû être annulés)

Chambley se trouve à une demi-heure de Metz et de Pont à Mousson et 40 minutes de Verdun.
Les activités sont prévues les samedis et dimanches de 14h à 21h, mercredi de 11h à 21h et lundi, mardi, jeudi et vendredis de 16h à 21h.


L’espace est divisé en deux zones :

L’espace « Ballonville Public », accessible au public permet de vivre chaque jour une expérience unique proposée avec les “Ateliers des Airs” : de l’astronomie à l’aérospatiale en passant par l’aéronautique, toutes les disciplines de l’air sont déclinées sous trois aspects :

•    VOIR : l’Aéromusée Pilâtre de Rozier, l’Auditorium Michael Collins
•    APPRENDRE : Créer sa mini-montgolfières, sa fusées à eau, mais aussi l’astronautique, la météorologie, l’astronomie, un atelier coloriage
•    TESTER : des baptêmes de l’air, découvrir le ventre d’un ballon.

D’autres activités sont à découvrir sur le site : la Parade des Pilotes, le Village des Exposants, le Podium d’animations et des jeux concours, le Village du Tourisme, le Point Info, le Village des Sports, l’Espace Jeux Enfants, etc.

L’autre espace, « Ballonville Partenaire » accessible sur invitation ou accréditation, est situé le long de l’aire d’envol et tout au long de ses 300 mètres permet d’échanger et de rencontrer un grand nombre de professionnels et de décideurs.   
C’est l’espace « business » où se retrouvent de nombreuses entreprises locales, régionales, nationales et internationales, collectivités et institutions.
Un accent tout particulier avait été mis cette année sur le numérique et la révolution digitale avec de nombreuses conférences.

En pratique

Pour l’amateur de belles images :
Les décollages ont lieu le matin à 06.15 et le soir à 18.30 enfin si la météo le permet.
Il est tenu compte de la vitesse du vent mais aussi de l’état des zones de réception, car si celles-ci sont gorgées d’eau, les équipes de récupération auront des difficultés pour y accéder sans parler de la nécessité de sécher le ballon.
Les infos concernant les décollages sont données sur la page Facebook, mais si vous n’avez pas réservé un hôtel à proximité il faut compter 30/40 minutes pour arriver (le matin car le soir, il y a autant de trafic que dans la rue de la Loi un lundi matin). En ce qui me concerne c’était lever tôt pour être sur place, se régaler des croissants et du café de l’espace presse et attendre. Avec le risque de « No Flight » (ce qui est quand même arrivé quelques fois).

Il faut compter qu’entre l’entrée des ballons sur la plaine et le dernier envol, il se passe entre 1h30 et 2 heures.
Pour le vol du soir c’est identique, mais avec beaucoup plus de trafic, le WE c’est encore pire avec des dizaines de milliers de véhicules qui n’ont pu accéder à la base.

     

Et puis c’est le retour tard les soir à la fin des vols, la route principale est fermée dans un sens afin de permettre aux équipes au sol de partir pour récupérer ballons et équipages, bouchons assurés.
Il peut être prudent de se trouver un itinéraire bis.

Il y a en gros trois types d’évènements :
- L’envol de masse qui comme son nom l’indique se fait en masse, les ballons prenant place aléatoirement sur le terrain
- La grande ligne, c’est la même chose, mais les ballons sont alignés le long des pistes
- La ligne de nuit où les ballons sont alignés de nuit le long des clôtures et allument et éteignent les brûleurs au son de la musique (pas de chance la météo n’a pas permis de profiter de ce beau spectacle)

Que faire d’autre entre les vols ou quand il pleut ?

Ce n’est pas ce qui manque : Metz est une très belle ville (le centre Pompidou, la Cathédrale, …), Verdun et son passé chargé d’histoire, et puis il y a sur l’aérodrome un circuit automobile qui accueille régulièrement des courses ou essais (j’ai assisté à des courses de vieilles motos).
Il y a aussi un petit musée qui retrace l’histoire de l’aérostation et la présence américaine sur la base (Ancienne base USAFE occupée du 30 janvier 1953 au 1er avril 1967 par entre autres le 21st Fighter Bomber Wing, le 390th Tactical Fighter Squadron et le 25th Tactical Reconnaissance Wing).
A ce propos Bob Ferguson et Roman Hochhalter deux anciens de la base avaient fait le déplacement pour l’occasion.

Pour en revenir à ce record du monde.

Il fait grisâtre en ce matin du vendredi 28, déjà beaucoup de vols ont été annulés.

05.00 Lever, on commence à connaître la route par cœur, les km défilent, on n’est pas les seuls au parking, la pelouse est encore trempée des jours précédents.
La zone de presse est déjà bien remplie, vite un café et un croissant, les habitués sont là, pas mal de nouvelles têtes. Ensuite c’est l’attente du GO pour savoir si les conditions sont favorables.

06.20 le téléphone sonne, c’est la ruée sur les gilets (obligatoire pour rentrer sur zone) pour la petite histoire 400 accréditations – 40 gilets c’était parfois chaud, heureusement ils avaient prévu des gilets de réserve ce jour- là sans quoi il y aurait eu une émeute des photographes et journalistes.

06.30 entrée en piste des acteurs, c’est le défilé incessant des équipages qui prennent place aux endroits indiqués guidés par les petits hommes en rouge (les lanceurs).

     


07.15 les premiers ballons commencent à se redresser, l’huissier mandaté commence le comptage des ballons.

           

08.00 le comptage est terminé, le premier ballon s’élève, telles des bulles de champagne, les ballons s’élèvent dans les airs et en quelques minutes le ciel se remplit de petits points multicolores, on ne sait plus où regarder.

       
 

08.20 Circulez il n’y a plus rien à voir, ils sont tous en l’air, c’est la file interminable des suiveurs qui essayent de quitter la plaine pour aller récupérer les ballons et équipages.


09.30 Sur la route du retour vers notre hôtel, on croise les premiers équipages qui sont déjà sur le retour

Au final on dénombrera pas moins de 456 montgolfières et 32 CloudHoppers (ballon monoplace ou biplace sans nacelle) sur les 8800 m de pistes.

 

Suite au prochain épisode dans deux ans.

Derniers conseils :

Ne venez pas pour un jour, le risque est grand qu’il ne se passe rien.
Prenez-vous à temps pour réserver les hôtels; à Augny il y en a plusieurs pour tous les budgets.


Il n’y a pas d’age :

 


Tous les ballons ne sont pas ronds !

     


Atterrissage mouvementé :

     



Plus de photos : https://www.flickr.com/photos/esdanitoff/albums/72157687164671435

Site officiel : http://www.pilatre-de-rozier.com