Vous êtes ici : Reportages - 2014 - Ursel 

Fly-In Ursel.

Luc Barry - Juillet 2014

 Le fly-in annuel d'Ursel a été l'occasion de célébrer plusieurs anniversaires concernant l'activité aérienne passée et présente dans la région du Meetjesland.
 
 Le Meetjesland est une région rurale située au nord-ouest de Flandre Orientale entre les villes de Gand et de Bruges. Selon la légende, Charles Quint devait effectuer une visite dans la région. Les habitants effrayés par la rumeur affirmant l'appétit sexuel de l'empereur avaient caché les jeunes filles. A son arrivée, n’apercevant aucune jeune femme, il aurait déclaré que la région était « le pays des vieilles femmes (meetjesland) «. Plus sérieusement, le nom viendrait des longues et étroites bandes de terre (meetjes) typiques de la région.

 Le Vliegclub Ursel et le Werkgroep B67, association de passionnés faisant de recherches concernant les activités de l'ancien aérodrome d'Ursel pendant la deuxième guerre mondiale, se sont efforcés de rassembler des avions représentatifs des cinq périodes concernées : le 100è anniversaire de guerre aérienne; le 75è anniversaire de la création de l'aérodrome; le 70è anniversaire de sa libération; les 60 ans de l'aérodrome de réserve de l'OTAN et les 10 ans d'activité de la patrouille The Victors basée à Ursel.

 En 1939 sous la menace de tensions politiques en Europe, les autorités militaires belges décident de renforcer la protection aérienne du territoire par la construction de terrains d'aviation de secours. C'est ainsi que dans le Meetjesland, trois aérodromes sommaires sont aménagés; à Maldegem, Aalter et Ursel qui reçoit le code n°33 avec une piste en herbe de 900m. En mai 1940, suite à l'avance des troupes allemandes, des avions de l'Aéronautique Militaire Belge basés à Peutie sont évacués sur le terrain d'Ursel. Ils effectuent des vols d'observation mais sont ensuite évacués sur Ostende suite à l'arrivée imminente des Allemands qui s'emparent du terrain le 27 mai 1940 et entreprennent des travaux afin de permettre l'utilisation prochaine des lourds avions de combat de la Luftwaffe. Ce sont finalement trois escadrilles de Fiat CR42 du Corpo Aero Italiano, alliés des Allemands, qui occupent brièvement, d'octobre 1940 à janvier1941, l'aérodrome d'Ursel codé Saturne dans la nomenclature militaire italienne. Une escadrille allemande équipée de BF109 prend le relais mais déménage trois mois plus tard vers l'aérodrome de Wevelgem. Des unités du génie allemand construisent une piste en béton de 950m et des hangars en dur camouflés mais l'aérodrome ne sera que très peu utilisé par les avions de la Luftwaffe. En septembre 1944, la région est libérée par les tanks canadiens. Des travaux sont entrepris par l'armée anglaise, pour allonger la piste de 600m afin d’accueillir les Hawker Typhoon de la RAF qui doivent être engagés dans la destruction des unités allemandes toujours présentes à l’île de Walcheren ; celles-ci défendent encore l'entrée du port d’Anvers déjà libéré par les troupes alliées. Fin octobre 1944, l’aérodrome désormais connu sous le code anglais B67 accueille le 133è Wing de la RAF. Celui-ci est composé de quatre escadrilles disposant d'une centaine de Typhoons. L 'escadrille 164 sous le commandement du belge Remi « Moni » Van Lierde est la première à se poser ; elle est suivie par la 163, la 189 et la 609 également commandée plus tard, pendant une courte période, par le belge Charles « Charlie » Demoulin, l’escadrille étant composée de nombreux pilotes belges. Après le déménagement du 133é Wing vers Gilze Rijen aux Pays-Bas, l'aérodrome sert comme escale pour les avions partis d'Angleterre en missions de plus en plus reculées vers l'Allemagne et comme diversion pour ceux en difficulté revenant de mission. Dès la capitulation allemande, en mai 1945, les C47 y font escale lors des rapatriements de prisonniers de guerre vers l'Angleterre. En 1954, après avoir été abandonné pendant plusieurs années, l'aérodrome est démantelé et des éléments de celui-ci sont récupérés pour la construction du nouvel aérodrome de réserve de l'Otan situé un peu plus loin. Utilisé lors d'exercices militaires, la Défense Nationale accorde une concession d’utilisation civile des pistes lors des week-ends et jours fériés en 1978 pour le Vliegclub Ursel et l'Aéroclub Brugge.

 Estimés au nombre de 6000, les visiteurs, pour la plupart originaires de la région, ont visité avec beaucoup d’intérêt un des hangars aménagé pour accueillir la réplique du Morane-Saulnier construite par les élèves d'une école technique et quelques modèles réduits d'avions d'époque. Les panneaux de l'exposition itinérante 14-18 illustraient les différentes phases de la guerre en Belgique.
  

 Des éléments de train d’atterrissage d'un Halifax anglais abattu non loin de l'aérodrome pendant la deuxième guerre mondiale étaient mis en évidence et l'on pouvait admirer les tableaux du peintre brugeois spécialisé en aviation Kurt Basslé.
 

 Quelques panneaux montraient l'évolution de la patrouille The Victors et l'animation était assurée par des membres de l'Independant Flightsim Pilots de Zuienkerke.
 

 A l'extérieur, le camion ayant servi de tour de contrôle sur la base d'Ursel pendant la guerre abritait un historique de l'aérodrome. Quelques stands de vente de gadgets aéronautiques; celui de la Composante Aérienne représentée par le stand du 15è wing de Melsbroek; un autre de la RAF; les Amis du Bronco et le stand de promotion des Victors avaient fort à faire. La société Belair flying people exposait une nacelle de ballon et fournissait maintes explications aux intéressés d'un futur vol.
   

 La RAF avait tenue à honorer de sa présence cet événement en exposant au statique un Tornado GR4 et deux Hawk T1. A leur arrivée les pilotes avaient annoncé avec cet humour tout britannique qu'ils connaissaient toujours le chemin menant à Ursel et à sa bonne bière belge locale la "Urselse vliegenierke".
  

 Parmi les avions plus anciens citons les deux T28 Trojan basés en Belgique, deux SV4, un Piper Cub, l'AT6 d'Anvers, le Stinson Reliant de Classic Wings, le fameux Spitfire IX de la Stichting Klu Historische Vlucht et le Nordalpha de l'Amicale des Avions Anciens d'Albert.
          

 L’époque récente était représentée notamment par un PC7, un Slingsby Firefly, deux Falco, un DA 42 et le Bronco piloté par Tony De Bruyn. La Composante Air exposait un F16 et un Siai Marchetti SF260. L'Alpha-Jet prévu en provenance de Cazeaux est malheureusement resté en panne à Beauvechain tandis qu'un Seaking envoyé en remplacement a dû rebrousser chemin suite à une mission imprévue.
       

 Au cours du dimanche la possibilité avait été offerte aux pilotes présents de procéder au baptême de leur avion par le Padre Van Vooren, Aumônier à la base de Semerzake.
 Un fly in étant essentiellement un rassemblement d'avions, les mouvements aériens étaient limités aux passages en formation. La patrouille des Victors, en plus de sa présentation habituelle, a volé en formation avec le Bronco et en formation "missing man" avec le Stinson (figure symbolique pendant laquelle un des avions quitte la formation pour signifier qu'il y manque dorénavant quelqu’un) afin de rendre hommage aux pilotes disparus au combat pendant la guerre.
      

 Lors de son départ, Peter van Israel a tenu à saluer le public en effectuant quelques impressionnantes passes à basse altitude. Le public attendait avec impatience le départ du Spitfire mais a été déçu en apprenant que l'avion avait éclaté un pneu lors de son taxi.
   

 La demande en mariage annoncée lors d'un vol est inhabituelle, pourtant cela s’est passé lors de ce week-end au cours d'un baptême de l'air en Stinson d'autant plus qu'un Morane remorquait également un panneau avec l'inscription « Veux-tu m'épouser ?»
 Une pratique de plus en plus courante consiste pour de jeunes mariés à se faire photographier devant un avion, un des T28 a reçu cet honneur en face d'un public souriant et amusé en apercevant les difficultés de la mariée à monter déchaussée avec sa longue robe sur l'aile.
  


    

 Remercions vivement tous les membres du Vliegclub Ursel et en particulier son président Jo Van de Woestijne pour la réussite d'un fly-in qui méritait certainement le déplacement.