Vous êtes ici : News - 2014 - Neuron 

nEUROn, Rafale et Falcon 7X.

Une formation insolite !

Serge Nemry - Juillet 2014

 Exceptionnel ! En mars, Dassault Aviation a organisé un vol en formation d’un drone nEUROn avec un Rafale et un Falcon 7X. Une première mondiale que de faire voler ensemble un avion sans pilote, un avion de chasse et un avion d’affaires pendant 1h50 sur plusieurs centaines de kilomètres avec un survol de la Méditerranée. Un beau challenge pour les pilotes, surtout celui qui, du sol, sur son écran, guide le drone de combat. La complexité d’organiser ce type de mission réside dans  la combinaison des performances différentes des appareils telles que : vitesse, ressource et maniabilité en y ajoutant les risques de turbulences aérodynamiques et de perturbations des communications entre le nEUROn et sa station de contrôle. Bravo aux pilotes des deux Rafale ‘plates-formes photos‘ qui ont mis le photographe dans des situations de prises de vues intéressantes.
   

Le nEUROn est un avion de combat sans pilote à bord, de type UCAV (Unmanned Combat Air Vehicle) dont Dassault Aviation s’est vu attribuer la maitrise d’œuvre par la Direction Générale de l’Armement. Outre la France, d’autres partenaires se sont inscrits dans cet ambitieux projet : l’Italie, la Suède, l’Espagne, la Grèce et la Suisse. Les différents éléments constituant la cellule ont été fabriqués, livrés sur le site de Dassault Aviation à Istres : le fuselage principal par SAAB (Suède), le fuselage arrière et la tuyère par HAI (Grèce), les voilures par EADS-CASA (Espagne), les trappes de soute par Alenia (Italie), l’interface armement par RUAG (Suisse), les éléments de structure contribuant à la furtivité par les usines Dassault Aviation d’Argenteuil et de Biarritz. Un projet qui rassemble bon nombre de compétences européennes.
    

Le démonstrateur technologique européen d’avion de combat furtif a effectué son premier vol le 1er décembre 2012 depuis la base d’essais de Dassault située à Istres.
 

 D’une durée de vingt-cinq minutes, cette première sortie a permis de valider les principaux paramètres de vol de l’appareil. Celui-ci a décollé de manière entièrement automatique, atteint une altitude de près de 2 000 mètres, puis a fait demi-tour, effectué une approche et s’est posé. Le 19 décembre 2013  il était officiellement présenté aux plus hautes autorités civiles et militaires. Il a depuis poursuivi une campagne intensive d’essais et de mises au point au départ des installations de l’avionneur, suivie et analysée par le CEAM (Centre d’Essais Aérien et Militaire) installé sur la BA 125 d’Istres. Cette année, le drone va suivre une série de tests opérationnels depuis le Vidsel Test Range ‘’RO2’’ situé dans le nord de la Suède. Ensuite des essais de tirs et des mesures de furtivité seront conduits depuis le centre d’essais de Salto di Quirra à Perdadesfagu en Sardaigne. Le nEUROn affiche une longueur de 10 mètres pour une envergure de 12,5 mètres. Son poids à vide est de 5 tonnes. Il est propulsé par un moteur Rolls-Royce Turbomeca ‘’Adour’’ (Collaboration franco-britannique). Le nEUROn est destiné à opérer en milieu hostile pour observer, détecter et reconnaitre des cibles potentielles, sans être repéré, d’où sa grande furtivité, et à délivrer des munitions de guerres depuis une soute interne.